Les propriétaires qui veulent se passer d’agence pour vendre leur bien immobilier se sentent parfois un peu perdus quand ils se retrouvent confrontés à la masse d’obligations et de contraintes légales et administratives qui les attendent en plusieurs étapes de ce parcours.

Et c’est bien normal, c’est un métier qui demande de se tenir informé et de maintenir en permanence ses compétences.

Alors sur qui s’appuyer pour éviter les faux pas ? Eh bien les vendeurs disposent d’un atout de taille, en la personne du notaire !

Des obligations légales

Le notaire est avant tout un officier public qui intervient dans tous les domaines du droit : famille, immobilier, patrimoine, entreprises, … Il est nommé par le ministre de la justice, et peut pour recevoir « tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d’authenticité attaché aux actes de l’autorité publique ». Il a donc des prérogatives de puissance publique reçues de l’État.

Sa rémunération pour ces fonctions est fixée par l’État et représente environ 10% du montant de ce que l’on appelle les « frais de notaire « , qu’il ne touchera qu’une fois toutes les formalités accomplies : son intérêt est donc de ne pas laisser traîner la vente.

 

Un professionnel libéral

Mais il faut savoir que c‘est également un professionnel libéral, et donc qu’il est rémunéré par ses clients pour les services qu’il rend.

Par ailleurs comme il n’est pas soumis à un numerus clausus, le notaire peut librement s’établir où il le souhaite… ce qui le soumet à une véritable concurrence.

Ces deux derniers points aident à comprendre que l’on peut négocier avec son notaire, et qu’il vous considère avant tout comme un client libre de ses choix, qu’il voudra fidéliser.

 

Des prestations…négociables ?

La question du montant des honoraires peut se poser en effet car les émoluments sont liés à la signature de l’acte authentique. Au-delà de ce que prévoit la loi, les honoraires sont libres, de gré à gré, pour toutes les prestations d’aide et de conseil que peut vous apporter le notaire, qui sont donc à négocier au cas par cas.

Le fait que vous vous rapprochiez de lui en le considérant comme un véritable partenaire/conseil, à même de vous accompagner tout au long des différents actes que vous serez amenés à faire durant votre vie, permettra justement de négocier les prestations optionnelles que vous pourriez lui demander.

En dehors des actes authentiques liés à une transaction immobilière, vous serez amené à le consulter à de multiples reprises, pour des questions de succession, de donation, de changement d’état civil ou liée à la sécurisation de votre entreprise. Et il vous accordera plus facilement une remise en comprenant que vous lui serez fidèle et que vous pourriez même le recommander. Car même si on a généralement un notaire de famille, les générations se succèdent et la qualité relationnelle entre de plus en plus en ligne de compte pour le choisir, voire le conserver.

 

Un des premiers conseils que nous vous donnons dans notre Guide Pratique est justement de vous rapprocher au plus vite d’un notaire, dès la décision de vendre prise. N’hésitez pas à l’intégrer à votre processus de vente pour éviter de prendre des risques qui pourraient engager votre responsabilité 🙂

Et pour en savoir plus sur notre concept d’accompagnement du vendeur solo, c’est ici !